parallax background

[CdP-24] Et si la solution était d’entreprendre?

10 décembre 2018
FA Xpress ı Les dernières nouvelles de la Coop FA
6 décembre 2018
[CdP-24] Sous le signe de la jeunesse!
14 décembre 2018

[CdP-24] Et si la solution était d’entreprendre? Leçon de la jeunesse!

 

Un message ressort des différents panels de discussion et des « side events » à la CdP-24 (connue aussi sous le nom de la COP24 en anglais) : la jeunesse se fait de plus en plus entendre.

 

 

Cette jeunesse se structure et elle est de plus en plus acceptée dans les réflexions de négociations. D’ailleurs, on nous annonçait hier que les pressions du groupe YOUNGO*, pour que les délégations de chaque pays intègrent systématiquement des jeunes, font leur chemin. On reconnait la rigueur de leur démarche et la pertinence de leurs demandes. Comment ne pas les entendre, comme ce sont eux qui vivront les effets des changements climatiques? Comme mentionné par un de leurs représentants lors du « side event » Intergenerational Inquiry : Youth stepping up Climate Action, les jeunes représentent peut-être seulement 25 % de la population actuelle, mais 100 % d’entre eux vivront les conséquences des décisions actuelles.



*YOUNGO est le groupe reconnu par l’UNFCCC pour faire attendre la voix des jeunes. Chaque pays a des organisations reconnus dans ce groupe et délègue des représentants au Conférence des Parties (CdP).
 

 
Int2
 
 

À la lumière des différents échanges, des réunions et des présentations entendues dans le cadre de la journée de la jeunesse, les jeunes -et même les enfants- veulent agir. Je pense ici à la petite Greta Thunberg, jeune suédoise de 15 ans, qui fait la grève de l’école tous les vendredis pour aller manifester devant le parlement afin que son gouvernement aligne ses politiques avec l’Accord de Paris signé en 2015 lors de la CdP-21.


 

Il y a aussi les jeunes plus silencieux qui, à leur échelle, tentent de mettre en place des solutions locales pour participer activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ici, je pense entre autres aux jeunes délégués de la Belgique, de la Côte d’Ivoire, de la France et du Tchad que j’ai eu l’honneur d’accompagner à la CdP-24 avec l’Alliance pour une éducation citoyenne planétaire à laquelle participe la Coop FA par son projet « Les Interconnectés ». Parmi leurs initiatives, soulevons la mise en place de compostage à leur école, la création d’un jardin collectif en permaculture, la création d’une application mobile écoresponsable et la plantation d’arbres. Eux aussi désirent prendre place dans ces discussions.

 

 

On réalise qu’il est possible de participer à la résolution des problèmes climatiques par l’action :
- Changer nos habitudes personnelle. Comme Laure Wardiel d’Équiterre le dit si bien : « Acheter, c’est voter »;
- Modifier notre façon de consommer, d’utiliser et de se départir afin d'envoyer un message clair aux entreprises;
- Mobiliser et éduquer notre entourage pour qu’ils comprennent l’impact de nos actes;
- Manifester pour faire pression auprès des instances gouvernementales;
- Participer aux négociations en amont et lors des Conférences des Parties;
- Mais aussi, et surtout, entreprendre.

 
 
E t si la solution était d’entreprendre pour permettre à nos concitoyens et concitoyennes de mettre en place des solutions concrètes pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre? C’est le message qui m’a été inspiré lors de cette journée de la jeunesse.

 

Cette idée a été soutenue par le discours de Bertrand Piccard, aéronaute et psychiatre, qui a été le premier à voler dans un avion 100 % solaire, dans le cadre de la remise de prix pour Youth Video Competition and Climate Change. Une phrase est restée bien gravée dans ma mémoire : « Ce n’est pas de dire ce qu’on ne doit pas faire, mais bien de créer l’enthousiasme. Si nous démontrons que les solutions sont là, les gouvernements n’auront pas peur; ils vont plutôt saisir l’opportunité ».


Il a d’ailleurs créé le projet 1 000 solutions, dans le cadre duquel il invitait les jeunes de 18 à 30 ans à proposer une vidéo présentant les solutions mises en place pour réduire l’impact environnemental de leur collectivité. Deux gagnants ont été récompensés hier : Andrea Sofia Rosales Vega, pour la mise en œuvre d’un système de recyclage dans sa ville au Mexique et Vikas Yadav, pour le développement de différentes techniques permettant une agriculture biologique par les agriculteurs de son pays.



 
Int3
 

 

Imaginez si nous changions tous nos habitudes personnelles, contaminions notre entourage par nos actions, prenions le temps de nous impliquer dans nos collectivités et, finalement, si nous entreprenions pour concrétiser les solutions qui existent. Il serait encore tout aussi pertinent de consacrer un temps réservé pour parler du climat, mais l'économie verte déjà engagée encouragerait certainement la mise en place des changements nécessaires pour des sociétés plus durables.

 

 

N’oublions pas que nous sommes le gouvernement, que nous avons le pouvoir d'agir.
Et si la solution était d’entreprendre?

Geneviève Delisle-Thibeault
Membre travailleur et administrateur de la Coop FA
Déléguée à la CdP-24